Yop

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

GNU/Linux

Tout ce qui a un rapport avec GNU/Linux

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 23 février 2015

Problème de dimension du terminal lors de connexions à travers un port série

Amené à travailler avec le terminal, à travers des connexions série, on constate un problème d'ajustement de la taille après l'utilisation de certaines commandes telles que vi etc...

J'utilise généralement la commande suivante pour me connecter sur le port série /dev/ttyUSB0

screen /dev/ttyUSB0 115200

Le problème est que certains logiciels comme l'éditeur vi considèrent que le la fenêtre de terminal n'est que de 24 lignes. Cela reste ainsi ensuite même après être sorti de l'éditeur. Ce qui laisse une bande vide en bas empêchant d'utiliser toute la hauteur du terminal.

serialProblemeLignesVides.png

Le problème, expliqué par Akkana Peck sur son blog est que screen n'a pas de possibilité d'envoyer par le port série, la taille originale de la fenêtre du terminal, (alors que c'est ce qui se passe en SSH par exemple).

Il ne semble pas non plus y avoir une commande qui permet de demander au terminal sa taille.

Cela n'a pas l'air simple à résoudre, heureusement pour nous, Akkana partage un petit script en python qui ruse en allant déplacer le curseur pour trouver la bonne taille etc.. et permet de résoudre le problème.

TerminalSerialResolution.png

On peut également le mettre par exemple dans le fichier .bash_profile pour qu'il se lance à l'ouverture de la session.

Je ne sais pas s'il quelqu'un connait une meilleure solution à ce problème ? Mais en tout cas cela fonctionne parfaitement pour moi depuis plusieurs mois... et je me suis dit qu'il pouvait être utile de partager l'astuce :)

vendredi, 27 décembre 2013

Mise à dispostion rapide de screenshots

J'utilise généralement Shutter pour prendre des screenshots.

J'évite de stoquer ces screenshots sur les sites publics, donc jusqu'à présent, quand je voulais ensuite partager ce screenshot, en gros:
- je l'enregistrais localement
- je faisais un scp du fichier dans le répertoire qui va bien sur un serveur web
- Je faisais des copier/coller de l'URL avec le nom du fichier pour communiquer l'URL.

On peut faire des variantes avec sshfs, scripter quelques trucs.. etc.. mais c'est pas forcément l'idéal.

Mais ce coup ci, j'en avais plusieurs à faire et j'ai donc cherché un truc "propre" pour simplifier le process.

Au bout de quelques secondes de recherche, je suis tombé sur le bien nommé shutter-scp (voir aussi ici. Et c'est exactement ce que je voulais.

Pour l'installation, il suffit de copier un fichier dans le bon répertoire de Shutter (voir le README).
Pour la configuration, il suffit de renseigner où faire le scp (Serveur:Répertoire) ainsi que l'URL qui sera communiquée (à saisir dans le champs "Mot de Passe").

Une fois le screenshot réalisé dans Shutter, un clic pour exporter, un autre pour valider le scp, puis un dernier pour copier l'URL complète.
Avec ma clé SSH chargée en mémoire, pas besoin de mot de passe, en 3 secondes, tout est fait.

ShutterScp1.png

ShutterScp2.png

Merci Christian Weiske

J'avais testé Screencloud qui supporte le SFTP.. Mais il ne supporte pas (encore) l'authentification par clé publique... donc pas possible pour moi.

dimanche, 28 juillet 2013

sshuttle - VPN / SSH

sshuttle est a mi-chemin entre le VPN et le port forwarding SSH.
Il permet en gros, de faire une sorte de VPN avec juste un serveur SSH en face.

Concrètement, je l'utilise surtout lorsque je suis connecté à des réseaux type "Wifi Hotel".
Je connecte sshuttle vers mon Raspberry chez moi, en écoute en SSH (port 80 et authentification uniquement par clé).
De cette manière tout ce qui sort de mon pc est chiffré quand il passe sur le réseau Wifi, y compris mon trafic Internet, qu'il soit fait par mon navigateur, ou même un simple apt-get.

Il remplace donc avantagement un tunnel SSH avec l'option -D ainsi que l'utilisation de tsocks

Il n'encapsule pas exactement TCP dans TCP, ce qui évite des problèmes de performances réseau.
La partie DNS est "tunnelisée" avec l'option --dns
/!\ UDP (autre que DNS) et ICMP ne passent pas dans le tunnel.

sshuttle est dispo dans les dépots debian, mais pour moi l'authentification par clé ne fonctionnait pas.
Si c'est toujours le cas, passez donc par github pour l'installation de la dernière version:

$ git clone git://github.com/apenwarr/sshuttle
$ cd ./sshuttle

$ curl ip.uggy.org
x.x.x.x
$
$ ./sshuttle --dns -r y.y.y.y:80 0/0
Connected.

On ouvre par exemple un autre terminal

$ curl ip.uggy.org
y.y.y.y
$

Avec la commande sshuttle ci-dessus, toutes les connexions (0/0) DNS et TCP passent par le tunnel SSH (OpenSSH ouvert sur le port 80).
Pas besoin donc de configurer son navigateur pour passer par un proxy Socks, ni d'activer l'option network.proxy.socks_remote_dns, ni d'utiliser tsocks.

On peut utiliser aussi utiliser par exemple:
- l'option -D pour le faire tourner en démon.
- l'option -x pour exclure des réseaux.

Allez voir le README pour toutes les informations.


samedi, 18 mai 2013

Renommer les fichiers proprement - detox

Detox est un petit soft qui permet de renommer des fichiers contenant des caractères un peu spéciaux.

J'utilisais jusqu'à présent une "grosse" function dans mon .bashrc pour essayer de faire cela "moi-même".. ce qui fait que je n'étais jamais encore tombé sur ce petit soft.

Vous pouvez éditer le fichier /usr/share/detox/safe.tbl pour modifier le comportement du remplacement des caractères...

Exemple; on créé un fichier avec des caractères un peu spéciaux :

$ touch "éa%b =c+dàe[f)g"
$ detox -v éa%b =c+dàe[f\)g
Scanning: éa%b =c+dàe[f)g
éa%b =c+dàe[f)g -> ea_b_c_dae-f-g
$ ls ea_b_c_dae-f-g
ea_b_c_dae-f-g
$


Le fichier à été renommé en supprimant tous les caractères particuliers.

Dans la vraie vie c'est surtout pratique pour renommer les trucs téléchargés (légalement bien entendu).

Pour plus d'infos:

man detox
man detox.tbl
man detoxrc

mercredi, 8 mai 2013

Monter une image disque (.img) contenant plusieurs partitions

Le RaspberryPi nécessite 2 partitions et les OS sont généralement founis en .img

J'avais besoin de comparer certains fichiers entre mon installation Rasbian et la distribution Raspbmc.

Je télécharge donc raspbmc-final.img sur mon laptop puis:

$ mkdir mount
$ sudo fdisk -l raspbmc-final.img

Disk raspbmc-final.img: 1363 MB, 1363148800 bytes
4 heads, 32 sectors/track, 20800 cylinders, total 2662400 sectors
Units = sectors of 1 * 512 = 512 bytes
Sector size (logical/physical): 512 bytes / 512 bytes
I/O size (minimum/optimal): 512 bytes / 512 bytes
Disk identifier: 0x000d692e

Device Boot Start End Blocks Id System
raspbmc-final.img1 4096 147455 71680 c W95 FAT32 (LBA)
raspbmc-final.img2 151552 2662399 1255424 83 Linux

Si on veut monter la 1ère partition qui démarre au sector 4096, l'offset à utiliser est donc 512x4096=2097152

$ sudo mount -o loop,offset=2097152 raspbmc-final.img mount/
$ cat mount/cmdline.txt
dwc_otg.lpm_enable=0 root=/dev/mmcblk0p2 rootfstype=ext4 noatime quiet rootwait loglevel=1 zram.num_devices=2
$ sudo umount mount/

Si on veut monter la 2ème partition qui démarre au sector 151552, l'offset à utiliser est donc 512x151552=77594624

$ sudo mount -o loop,offset=77594624 raspbmc-final.img mount/
$ cat mount/etc/hostname
raspbmc
$ sudo umount mount/

man fdisk
[...] starting offset and the size of each partition is stored in two ways: as an absolute number of sectors [...]

man mount
[...] mount knows about four options, namely loop, offset, sizelimit and encryption [...]



[Edit:] Tassatux m'indique dans le commentaires que kpartx est créé a cet effet:

This tool, derived from util-linux' partx, reads partition tables on specified device and create device maps over partitions segments detected. It is called from hotplug upon device maps creation and deletion.

Voir les commentaires pour les informations supplémentaires.

- page 1 de 20